LE HAVRE : La Hype de Normandie

Arthur Loyd Le Havre
24 juin 2014

Portuaire et balnéaire, le deuxième port de France, classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2005, cultive l’art de vivre.

Entre docks et plages de sable sur 4 km, la cité, détruite pendant la Seconde Guerre mondiale et reconstruite par Auguste Perret, ne cesse de surprendre.  

On croit le Havre replié sur son port de 28 kilomètres, il n’en est rien. Les bassins et les docks, pour la plupart restaurés, improvisent de formidables canaux dans la ville, où les kayaks glissent en silence. On imagine la ville minérale et marine, tendue vers la Manche où mènent de larges avenues bornées par les immeubles rectilignes d’Auguste Perret, tout de béton, où se reflètent les mille nuances de la lumière. C’est aussi l’une des villes les plus vertes de France, adossée au cap de la Hève et surplombée des forêts de Montgeon et du Rouelle. On n’imagine pas que les bains de mer y soient grandioses, et pourtant… La plage, sa promenade repensée par le paysagiste Alexandre Chemetoff et ses cabines blanches racontent la Belle Époque, quand à Sainte-Adresse, le petit Nice havrais, on y retrouve les ambiances déjà peintes par Dufy, Jongkind, Courbet, Monet ou encore Boudin. Cette ville de paradoxes voit grand.

Source : Le Nouvel Observateur

Articles en lien

Un écoparc industriel intelligent

Économie

Meilleurtaux.com - JUIN 2014